Actualités

Prise en charge des migrants de Calais

 
 
Prise en charge des migrants de Calais

Ouverture du CAES de Belval et mise en place des dispositifs sanitaires

Suite à l’annonce par le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, du dispositif portant sur les conditions de prise en charge des migrants de Calais, Fabien SUDRY, préfet du Pas-de-Calais, a présenté jeudi matin en présence des principaux élus locaux, dont Michel TORCHY, maire de Troisvaux, de Bruno DUVERGE, député de la circonscription, des responsables de l’association abbaye de Belval et de l’association la Vie Active, les modalités d’accueil et de prise en charge des migrants de Calais au sein du Centre d’Accueil et d’Evaluation des Situations (CAES) situé sur la commune de Troisvaux (abbaye de Belval).

Ce nouveau dispositif permet à l’État d’accueillir dignement les migrants tout en maintenant l’objectif réaffirmé par le Gouvernement, et validé par le juge administratif, d’éviter l’afflux incontrôlé de migrants et la reconstitution de campements sur le Calaisis.

Ce CAES, situé à proximité du Calaisis, a vocation à être un site de court-séjour, qui offrira en un lieu unique aux migrants :

- une mise à l’abri dans des conditions dignes ;
- l’évaluation accélérée de leur situation administrative, sur site grâce à la présence d’une équipe pluridisciplinaire composée d’équipes de lapréfecture et de l’Office Français de l’Immigration et de I ’Intégration (OFII) ;
- l’orientation immédiate vers les lieux adaptés à leur situation notamment en centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA).

Le centre de Troisvaux offre une capacité d’accueil de 100 places, qui pourront être proposées dès le début de la semaine prochaine, en priorité à des personnes migrantes issues du Calaisis et identifiées grâce aux maraudes effectuées sur place par l’OFII et les services de l’État. Il seragéré par l’association la Vie Active.

Le préfet salue la collaboration du maire de Troisvaux, de l’association abbaye de Belval, de la Vie Active et l’esprit de responsabilité de la population qui avait déjà permis en avril dernier l’ouverture d’un Centre d’Accueil et d’Orientation.

Mise en place des dispositions sanitaires les plus adaptées :

-10 latrines mobiles et un ensemble de 7 points d’eau sont mis en place sur le site du secours catholique, situé route de Saint-Omer à Calais.

- 2 camions sur lesquels sont disposées des citernes d’eau potable (soit 2 rampes de 10 points de distribution d’eau), 10 latrines supplémentaires, et 1 caravane mobile comprenant 8 toilettes et 3 points d’eau seront positionnés sur les lieux de stationnement des migrants afin de leur permettre, selon une fréquence adaptée et dans des conditions d’ordre public satisfaisantes, de bénéficier d’une distribution d’eau potable et l’accès à des sanitaires.

Ce dispositif mobile sera déployé d’ici le 21 août. Il sera encadré par l’association La Vie active, opératrice de l’État.

Les équipements mobiles ont été privilégiés afin d’améliorer les conditions d’accueil des migrants, tout en maintenant l’objectif réaffirmé par les pouvoirs publics, et validé par le juge administratif, de non reconstitution d’un campement sur le Calaisis afin d’éviter un afflux incontrôlé de migrants.

Par ailleurs, un dispositif d’accès aux douches existe déjà pour les personnes les plus vulnérables (malades, femmes, enfants, personnes âgées, personnes handicapées). Il sera amplifié avant la fin du mois d’août et son accès se fera sur orientation des travailleurs sociaux ou des acteurs de santé publique.

Ces installations ne sont pas figées ; elles pourront évoluer en fonction des réalités et des besoins.

S’agissant de la prise en charge de la population migrante, il est également rappelé que les dispositions suivantes ont été prises :

▪ Les maraudes à l’attention des mineurs ont été renforcées par convention entre l’État et France Terre d’Asile pour proposer systématiquement une mise à l’abri au titre de la protection de l’enfance au centre de Saint-Omer.

1 500 personnes se déclarant mineures ont été mises à l’abri depuis le début de l’année.

▪ Les équipes de maraudes de l’Office Français de l’immigration et de l’Intégration (OFII) ont également été renforcées avec notamment un appui de l’association AUDASSE pour informer les personnes migrantes sur les possibilités offertes par le droit du séjour, en particulier au titre de la demande d’asile.

Dans ce cadre, il est proposé depuis le 8 août une mise à l’abri dans des conditions dignes au sein des deux centres d’accueil et d’examen des situations (CAES) de la région Hauts de France ouverts à Bailleul (59) et à Troisvaux (62).

▪ Le dispositif de prise en charge des personnes malades a par ailleurs été sensiblement renforcé au centre hospitalier de Calais afin de permettre un meilleur suivi des cas nécessitant des soins médicaux.

▪ Enfin, un suivi des familles en difficulté est assuré par les équipes sociales, et l’accès à un logement d’urgence reste possible (40 personnes migrantes ont accédé à un logement d’urgence depuis le début de cette année).

Le préfet du Pas-de-Calais réunira régulièrement un groupe de suivi pour adapter si nécessaire le dispositif prévu.