Comment protéger mon habitation en zone inondable

 
referenciel travaux de prevention

Si vous êtes situés dans une zone inondable, il est possible de faire effectuer des travaux ou d’entreprendre des aménagements extérieurs et intérieurs pour réduire votre vulnérabilité.
L’esprit de ces dispositions, qui ne prétendent pas être exhaustives, est de vous donner la meilleure information possible sur les mesures de mitigation (atténuation) que vous pouvez entreprendre relativement facilement chez vous.

réalisation de batardeau
batardeau

Pour limiter la pénétration de l’eau dans le logement au niveau des petites et grandes ouvertures, adopter simultanément les mesures suivantes : 
mise en place de batardeaux devant les portes et portes fenêtres : il s’agit d’un dispositif qui obture partiellement l’embrasure d’une porte ou d’une porte-fenêtre pour limiter fortement la pénétration d’eau.
mise en place de capots amovibles devant les petites ouvertures (entrées d’air, soupiraux, etc ) : attention, il est impératif de retirer les capots devant les entrées d’air après le reflux des eaux, pour que le logement puisse être correctement ventilé.
Malgré ces dispositions, peut subsister un passage d’eau résiduel, ce qui impose de les accompagner d’un système d’élimination de l’eau résiduelle :
pompe, aspirateur d’eau

colmatage des voies d'eau
colmatage

La limitation de la pénétration de l’eau dans le logement par les défauts de construction passe par l’application simultanée, dans la hauteur des parties susceptibles d’être immergées, des mesures suivantes :
La réfection des joints défectueux des maçonneries en pierres ou briques apparentes.
Le traitement des fissures,
Le colmatage autour des pénétrations, colmatage des vides entres les gaines et les tuyaux.
L’obturation peut être assurée par des mortiers adaptés aux différentes situations : traversées de murs et de planchers bas, fissures. Elle doit résister à la pression exercée par l’eau depuis l’extérieur du bâtiment.
Ces travaux peuvent être l’occasion de déplacer une traversée située en bas d’un mur en un point situé au-dessus du niveau des plus hautes eaux connu.

élimination des eaux résiduelles
elimination des eaux

La présence d’un point bas permet de recueillir l’eau vers un point d’aspiration (pompe manuelle, pompe électrique).
Ce procédé requiert l’usage d’une source électrique, d’une ligne d’alimentation et d’un équipement de pompage présentant toutes les garanties de sécurité pour éviter les chocs électriques.

aménagement d'une zone refuge

           

La zone refuge est un espace à identifier ou à créer à l’intérieur du logement au-dessus de la côte de la crue de référence. Sa création et son aménagement sont spécifiques à chaque logement et doivent composer avec les contraintes techniques et architecturales de l’existant. Elle doit cependant répondre systématiquement aux critères suivants :

Accès par les occupants
Cette zone doit être accessible depuis l’intérieur du logement dans des conditions défavorables : sans lumière, de nuit, et dans l’eau. Un dispositif de signalisation peut permettre d’en identifier l’accès.
Son accès direct doit se faire prioritairement au moyen d’un escalier fixe avec une main courante. Suivant les configurations et à défaut de place, l’installation d’une échelle fixe ou d’un escalier escamotable pourra être retenue.

Accès par les secours
La zone refuge doit permettre aux occupants de se signaler et elle doit également être accessible depuis l’extérieur par les secours. Le choix du mode d’intervention dépendant de nombreux critères (conditions atmosphériques, vitesse du courant, moyens à disposition), deux modes d’évacuation doivent être réalisables : par hélitreuillage et par bateau.
Il convient donc de créer dans la zone refuge un accès de dimensions adaptées de 1m x 1m, de type fenêtre de toit ou balcon, pour une éventuelle intervention par hélitreuillage. Si l’ouverture de l’évacuation est située en hauteur, prévoir un
marchepied ou un petit escabeau pour en faciliter l’accès. Un anneau (ou une lisse d’amarrage) pourra être scellé dans le gros oeuvre pour permettre l’amarrage d’une barque de secours. Il sera implanté à proximité de l’ouverture ou du balcon et, dans la mesure du possible, sur la façade abritée du courant.

Nouvelle publication

1 - PPR de la vallée de la Lawe Phase 1

2 - PPR-Minier Enquête publique

3 - PPR-Littoral Consultations officielles

 mars 2017

4 - Etude

 SLGRI Haute-Deûle


Direction Départementale des Territoires et de la Mer

Direction Départementale des Territoires et de la Mer

 Service de
 l' Environnement
Gestion des risques

logo

100, avenue Winston Churchill
CS 10007 - 62022 ARRAS cedex

tel

tél : 03 21 22 99 20
fax : 03 21 50 30 37

web

Courriel : 

ddtm-sde-risques@pas-de-calais.gouv.fr